1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer
Connexion S'enregistrer   Mot de passe perdu   Pseudo perdu

Connexion

Interview de Xavier Deluc au TV Fest 2011

xavier_deluc_monaco_2011Revenons de ce côté-ci de l’Atlantique et de la Manche pour une rencontre avec un acteur bien de chez nous. Voici donc le compte rendu de la table ronde de Xavier Deluc, le Major Martin Bernier de Section de recherches.

 

Il nous a parlé de son personnage, de sa carrière et du futur de la série. Une fois de plus, nous étions très peu nombreux (trois) et nous avons donc pu avoir un contact très intéressant avec lui. C’est une personne très ouverte et qui vous donne l’impression de discuter avec un vieux pote. Cependant, pouvoir poser des questions a été bien plus compliqué que je ne l’aurais pensé. Les deux journalistes belges qui m’accompagnaient ont su s’accaparer le temps de parole.

 

Attention cette interview peut comporter certains spoilers sur le futur de la série !

 

 

Question : Vous êtes en plein tournage de la saison 6…

 Xavier Deluc : Oui encore.

 

Q : Déjà partant pour une saison 7 ? C’est en projet ou c’est trop tôt pour en parler ?

XD : Oh c’est trop tôt pour en parler. Mais pour la saison 7 à priori il n’y aurait pas de raisons pour que ça ne se fasse pas. Pour l’instant, c’est une affaire qui roule mais l’audiovisuel est fait d’affaires qui roulent qui ne roulent plus, qui déraillent (rires). Donc ça fait un certain temps que je fais ce métier et je ne dirais pas que je suis rodé mais malheureusement je connais la chansonnette.  J’apprécie le plaisir des succès mais… je connais la chansonnette.

 

Spoiler saison 5 et 6

Q : Les pubs vont arriver en même temps que la saison 6, mais qu’est-ce qui va arriver à votre personnage dans cette nouvelle saison au niveau personnel, sans parler des enquêtes ?

XD : Il gagne en maturité toujours parce que je vieillis. Il encadre encore mieux son équipe, il délègue mieux on va dire les rôles. En parallèle, pour parler de mon personnage, il faut parler des autres aussi. Les autres, ils ont un peu plus d’effet je dirais en plus d’aller sur le terrain aussi. Ils ont plus d’effets comiques qu’avant, de comédie on va dire, de temps en temps ! Après c’est avec parcimonie donc lui il a un rôle de recadrer tout le monde donc avant de recadrer, parfois il a une petite phrase, de temps en temps, qui fait peut être sourire. Il recadre son équipe et va parfois se laisser entrainer à un peu plus de fantaisie je dirais mais il est quand même très concentré. Au niveau des histoires d’amour si on peut parler de sexe, je sais pas, si c’est osé… (Rires). Dans ce domaine là il y a beaucoup d’indécision, il y a un rapprochement avec Félicité Dujeu, le personnage que joue Félicité qui est Fanny. Mais Bernier est compliqué, Bernier a beaucoup souffert dans sa jeunesse, il a du mal. Peut-être qu’une dame va arriver on sait pas, en septembre… Moi-même qui ai quand même une position importante de responsabilité vis-à-vis du personnage de Bernier je ne suis pas au courant de tout ce qui va lui arriver dans l’avenir. Bien que j’ai des flashes ! Mais là ça flashe pas !

 

Q : C’est avec Elsa qu’il va y avoir un petit flash peut-être ?

XD : Je ne sais pas, je ne sais pas.

 

Q : Ou cette nouvelle qui arrive en septembre ?

XD : je ne sais pas, ne me déstabilisez pas !

 

Q : Qu’est-ce que vous avez apporté au personnage en six ans ? Comment vous l’avez fait évoluer en dehors de ce que les scénaristes ont prévu ?

XD : Moi je crois que j’ai apporté au début, en intensité. C'est-à-dire que je suis arrivé très chargé, très désireux de le faire, très en forme pour les essais, chose rare, chez moi. Et donc très impliqué, très investi dans l’histoire et après ce qu'il s’est passé, c’est que comme cette ambiance m’a détendu, j’ai vu que ça se passait bien cette aventure, c’est presque ce perso et ce tournage qui m’a apporté une pause dans ma vie  pour pouvoir respirer un peu, faire les choses de mon mieux avec ce personnage très cadré par la production, donc y’a pas à chercher des amplitudes différentes, surprendre un peu dans certaines scènes. Mon énergie a parfois aidé, mais c’est l’inverse qui s'est passé, cette série m’a permis de profiter de mon poids d’acteur pour des rôles éventuels futurs qui seront pas Section de recherches, de mûrir. De passer du quarantenaire un peu dynamique m’as-tu vu qui en fait des kilos, à un mec qui peut être force tranquille, taper droit et peut peut-être même faire rire parfois. Et quant à séduire, ça je ne sais pas ! (rires).

 

Q : Vous n’êtes pas lassé d’être en bleu parfois ? Il y a beaucoup d’acteurs qui sont dans des rôles un peu policiers qui après un certains temps disent « la police, la gendarmerie plus jamais ».

XD : Je trouve ça un peu facile de …

 

Q : C’est un peu cracher dans la soupe…

XD : Oui, non… Il faut comprendre, mais il faut connaître les conditions exactes de pourquoi ça s’est arrêté. Si moi demain ça s’arrête, je vais peut-être vous dire la même chose, faudra peut-être essayer de gratter pour en savoir plus, si j’ai pas une déception personnelle par rapport à l’aventure. Ce qui pourrait être vrai mais on est pas dans le futur. Vous savez quand vous jouez… par exemple, Bernier il est monolithique, il a un costume-un épisode. On prend des décrets de cinéma classique, de classique, ce sont ces choses là qui me plaisent. Donc que ce soit Bernier ou un mec qui commence à devenir une espèce de, je ne voudrais pas m’imiter, mais entre guillemets Gabin ou de mec comme ça. On travaille dans une charpente de personnages épais, qui essaient d’être matures. Il y a un vrai travail, donc que ce soit là ou jouer ça dans une comédie où un mec est fait pareil, ba je ne vois pas beaucoup la différence. Après c’est un cadre, c’est du polar, le spectateur aime ça. Il y a un esprit d’équipe, donc pour l’instant on est encore comme une entreprise dans un bureau où les personnages se rattrapent, s’aiment…Pour l’instant, ça va bien mais par contre si vous me demandez si j’ai d’autres rêves, j’en ai d’autres. Ce qui est normal. Ce qui m’équilibre c’est ça. Mais je me suis surpris à être très content de mettre ma panoplie le matin, comme un gamin, mettre la panoplie du keuf. Parce que vous existez aussi en tant qu’artiste. Vous savez les temps sont pas faciles. On va ramener les choses dans un côté showbiz et dans un côté métier, la saltimbanque il met son costume et il est content. Soyons assez clair là-dessus.

 

Q : Vous parliez des personnages de quarantenaire, vous êtes maintenant quinquagénaire mais quand on vous voit on vous donne plus la quarantaine…

XD : C’est gentil (rires)

 

Q : C’est quoi vos petits trucs ?

Justement quand on est saltimbanque, on fait attention à ce genre de choses ?

XD : On fait attention, et puis c’est un métier où, je ne parle pas physiquement, mais l’énergie, la lumière qu’on a, ça peut s’éteindre d’un coup parce qu’on est écœuré ou qu’on est déçu. C’est propre à chacun dans sa vie, à tout moment on peut avoir un drame ou une grosse déception, et pour le moment Inch'Allah. Quand vous jouez tous les jours tous les jours, que vous existez, que vous êtes comme un gamin et que vous vivez de votre rêve et qu’en plus les spectateurs viennent et qu’en plus, ça n'a pas été un effet de grosse pub qui fait que les spectateurs sont venus, y’a une humilité, mais en même temps y’a une équipe, vous êtes un peu comme au théâtre, c’est que du bon. Le mauvais arrivera mais pour l’instant c’est que du bon. Et puis les réalisateurs vous poussent parce qu’il y a les mômes aussi, les jeunes ils y vont, il faut toujours être là. Mais il y a un moment où je vais commencer à dire « attendez moi je joue plus les jeunes ».

 

Q : Vous vous entraînez comment physiquement ?

XD : Physiquement, je tourne 10 heures par jour. Je fais beaucoup de randonnée mais je suis pas dans le grand sport en ce moment. Mais 10 heures par jour ou 9 heures c’est comme un joueur qui envoie des balles tous les jours. Je joue  debout  toutes les scènes quasiment, je suis debout tout le temps déjà. J’ai joué assis la semaine dernière, ça a été un événement. Et puis faire attention un peu à son régime mais c’est irrégulier chez moi parce que comme j’ai arrêté de fumer il y a 5 mois, c’est dur là, la productrice elle me surveille.

 

Q : Le tournage d’une saison dure combien de temps ?

XD : Sur 13 mois on fait les 14 épisodes. Entre 12 et 13 mois.

 

Q : De l’écriture au tournage ?

XD : Voilà. Et donc tout cela est clairsemé sur 12 mois. On travaille 9 mois pas an quand même. Entre les lectures, les synchros, les doublages, les choix des costumes, les tournages.

 

Q : Est-ce que la série a changé votre rapport à la gendarmerie ?

XD : Oui euh... Ecoutez les gendarmes qui sont venus nous voir ont toujours été très sympas et très discrets, et c’est une qualité. Ils ont même mis à notre service de temps en temps des figurants et on arrive plus trop parfois à les différencier des vrais figurants. Ils viennent nous apporter leur support et franchement ce sont des personnes qui sont au service du public pour aider et qui font leur métier du mieux qu’ils peuvent. Quand on apprend parfois certains trucs, il y a de plus en plus de gendarmes qui se font renverser sur des contrôles, des contrôles simples. Ca me concerne plus tout à coup, je me dis les mecs ils paniquent et ils renversent des gendarmes.

 

Q : Est-ce que votre rôle a aiguisé votre intérêt pour les autres faits-divers ?

XD : Non. Moins qu’avant.

 

Q : N’êtes-vous pas spectateur de Faites entrer l’accusé ou de choses comme ça ?

XD : Surtout pas non. Moi j’ai pris un parti pris au début, même vis-à-vis de la gendarmerie, il est dans un cadre militaire, il est un peu borderline Bernier, c'est-à-dire qu’on l'a ramené dans la gendarmerie mais ils se demandaient au début s’il allait pas casser, est-ce que ça va passer ? Bernier c’est un mec qui aurait pu finir avec des légionnaires à la retraite mais on a essayé de le récupérer et puis le loup blessé est revenu. Donc j’ai dit qu’on était tellement encadrés par la gendarmerie dans l’aspect militaire de l’écriture, tout est écrit comme ça, je vois pas pourquoi j’essaierais d’en savoir beaucoup plus, j’essaie d’en savoir un peu sur le métier mais je suis pas rentré dans un espèce de truc à fond. Le mec il est borderline, je suis parti dans des décrets très simples, qui n’ont rien à voir avec la gendarmerie elle-même, qui pour moi on à voir avec un personnage qui est un peu en marge, qui a des problèmes avec les autorités et puis qui va essayer de tout faire pour redresser un peu la barre au fur et à mesure. Et puis tout ce qui est polar et tout non. Je peux regarder 5 minutes de polar.

 

Q : Vous n’étiez pas fan de séries télé policières, ça n’était pas votre truc ?

XD : Non, je le reconnais. Je peux regarder 5 minutes, admirer la qualité d’un plan ou d’un acteur et voilà. Prison break au début j’aimais bien, ou des choses comme ça, mais j’ai des copains de la série qui sont beaucoup plus connaisseurs que moi. Moi plus je peux éviter… sinon je vis plus. Je joue Bernier, je suis Bernier, après c’est fini.

 

Q : La série à la base est venue à une époque où la fiction française se recherchait et s’inspirait beaucoup des séries américaines, c’est un peu le cas ici aussi, mais c’est une de celle qui a réussi alors que toutes celles qui s’inspirent des séries américaines n’ont pas été des succès. Pourquoi celle-ci a réussi ?

XD : Je crois qu’au début elle a eu un carcan de série très rigide, à un moment après les deux premiers épisodes qui étaient plutôt rock & roll, qui était plutôt bien d’ailleurs, elle a eu un cahier des charges très très rigide à mon avis, trop. Parce que c’était la vague d’imitation de tout le monde et voilà fallait imiter RIS, imiter machin. RIS qui est venu imiter machin, etc. Il fallait être un peu dans un truc américano, je ne sais pas d’où ça venait mais c’était comme ça. Et puis des histoires de changements de fonctions dans les chaînes ont fait que la série s’est retrouvée un peu livrée à elle-même avec une productrice très déterminée, c’est à elle qu’il faudrait poser ces questions là (chose que j’avais fait le matin même, voir l’interview), qui a fait que les gens se parlent, qu’on joue, qu’on a un rythme. On n'est pas dans une espèce de laboratoire. Elle est comme ça Dominique (Lancelot, ndlr), c’est quelqu’un d’humain c’est incroyable. C’est cette humanité là qui compte, et l’autre atout c’est que c’est elle qui est créatrice, productrice, écrivain. Ca c’est une question de festival et de chose à poser. Même TF1 un jour me l’a dit, ils ont remarqué ba oui elle est auteur, producteur, alors bien sûr ça fait des réunions houleuses, vous pouvez pas dire du mal de l’auteur, il est là (rires), la nana elle tient les rennes et dit « non moi je veux ça, ça ! » tout en comprenant. Et du coup, moi qui écrit un peu, j’ai écrit mon film, ba quand vous écrivez une scène, que vous la réalisez, que vous la produisez, elle plaira pas à tout le monde, mais vous vous avez fait ce que vous vouliez, et ça c’est génial. Après on aime ou on aime pas, mais y’a pas quatre points de vue  qui ont fait que la scène au lieu d’être là, elle se retrouve là. Et puis vous avez des regrets, vous accusez l’autre. Comme elle est humaine, je pense que c’est lié au succès. Elle a su sentir les trucs, Bernier elle m’a dit on le fait sérieux sérieux, et puis elle m’a dit "je me suis gouré". Alors elle ne dira pas "je me suis gouré", elle me dit "on l’assouplit un peu", et elle voit les choses. On écrit plus et tourne plus que ce que l’on monte. Pour nous, c’est un investissement lourd de travail, mais ce qui fait qu’au montage elle refait un troisième film. Il y a des mayonnaises comme ça. Cette série n’a en plus pas fait l’objet d’une grande publicité, ni mauvaise ni bonne. Donc c’est le téléspectateur qui est venu avec les bandes annonces et les petits bouts de magazines.

 

Q : Et elle a mieux marché au fur et à mesure.

XD : Et elle a mieux marché au fur et à mesure. Si on regarde d’un point de vue de commercialisation, ce qui n’est pas mon domaine, c’est un cas rigolo, c’est presque malgré quelque chose. Bon il n’y a pas eu d’intentions contraires mais il n’y a pas eu non plus de grandes portes ouvertes.

 

Q : Mieux vaut ça qu’un effet de mode…

XD : C’est ça. C’est vachement bien. Et comme ça contrarie des lois je dirais, moi je suis content parce que petit à petit elle est là, elle existe et elle partira d’elle-même. Et les téléspectateurs ne sont pas dupes, c’est eux qui ont choisi la série. Comme quoi c’est quand même le téléspectateur qui décide. C’est vrai que la pub c’est important maintenant, ça joue, mais la chance de la série c’est que je pense qu’elle a eu de l’indulgence au début. Le hasard a fait qu’elle a eu un peu de chance, elle est arrivée au bon moment. Ce qu’il faut comprendre dans mon message, c’est qu’il faut peut-être laisser plus de chance à certaines séries parce que parfois c’est le couperet. Il faut laisser un peu de temps ou faire une étude de marché, je ne sais pas trois étapes et à la troisième on stoppe. C’est facile à dire d’un point de vue d’artiste parce que c’est autre chose. Donc elle a bénéficié de tout ça la série. Et après il y a le contenu, les décors que les gens aiment beaucoup, le changement de paysages, ça les change de Miami, on est ancrés dans la France mais en même temps avec de beaux paysages, l’équipe et des bonnes intrigues.

 

Q : Vous pourriez faire ça encore pendant 10 ans ?

XD : Oh ba on va y aller étape par étape. On en reparlera peut-être. On va y aller étape par étape.

 

Q : Vous parliez de vos rêves,  vous vous verriez bien dans une comédie ?

XD : Ah j’aimerais bien oui.

 

Q : Vous n’avez pas peur que ça prenne trop le téléspectateur par surprise ?

XD : C’est marrant ce que vous dites…

 
Q : Vous avez commencé dans des comédies qu’on ne citera pas…

XD : Oui j’ai commencé dans la grande rigolade sans m’en rendre compte moi-même.

 

Q : Les sous doués de la première compagnie, les blondes et bronzées, et les branchés à St Tropez. Vous aviez 20 ans.

XD : Oui. J’étais malheureux d’avoir fait ça, c’est terrible. J’ai même failli arrêter le métier.

 

Q : Pourtant après, vous êtes devenu le jeune premier et vous avez fait pas mal de films dans les années 80 qui étaient plus sérieux.

XD : Ouai j’ai tout de suite revisité mon image de marque. Non mais j’étais vraiment malheureux d’avoir fait ça parce que c’était un peu comme les télés réalités et tout ça. Je venais de province et il fallait que je gagne ma vie, c’était malheureusement ma justification mais ça me rendait profondément malheureux. C'est-à-dire que j’aurai été heureux de  le faire en me disant bon aller j’y vais comme ça... Je ne renie rien mais c’est vrai que j’étais malheureux. C’était terrible.

 

Q : Parce que ce n’était pas pour ça que vous faisiez ce métier...

XD : Ba oui mais entre dire et prétendre que c’est pas pour ça qu’on le fait et le faire quand même… J’avais beau avoir 20 ans j’étais quand-même pas con quoi. Je me rappelle d’une scène avec un réalisateur à St Tropez, où il demandait de lever une petite culotte. Les gars avaient fait l’amour avec deux filles on suppose, parce qu’on ne voyait rien, il n’y avait rien de grave, et puis les gens aiment beaucoup, il y a un espèce de culte. Enfin bon, le mec me dit "t’es avec ton copain vous êtes censés avoir fait l’amour avec deux femmes au moins chacun, et au petit matin, les filles qui partent" (vraiment dommage de pas pouvoir vous mettre la petite imitation des filles, ndlr), et là « vous avez pas oublié quelque chose ? », en montrant la culotte. Franchement, il y a pire comme situation. Et il me dit « tu peux pas la monter un peu plus haut qu’on la voit bien à l’image ». Mais c'est-à-dire que moi déjà j’essayais de ne pas la montrer, pourtant elle était toute mignonne la culotte et tout. Et j’étais là… j’en pique encore un phare maintenant parce que ça m’a vraiment posé un p… de problème. Je me demandais ce que j’étais en train de faire, je vais où ? Je suis donc rentré à Paris, y’a eu un moment j’ai pris le large, coup de bol, je suis tombé sur une femme, Yanick Bellon, qui m’a enlevé tout ce carcan là. J’ai été honnête avec elle, je lui ai dit « écoute j’ai fait ça ». Elle m’a dit «  ba heureusement que tu me l’as dit ! ». Donc comme quoi y’a pas que des cons dans ce milieu, y’a pas que des cons dans la vie. Elle m’a dit « heureusement que tu me l’as dit ! Là c’est bon je vais m’occuper de ce film avec toi ». C’était La triche, ce qui n’est pas rien, et petit à petit elle m’a cassé le moule, la rédemption a été…

 

Q : Justement quand vous avez vu Jean-Pascal débarquer dans la série alors qu’il avait cette étiquette télé réalité, est-ce que vous avez été plus indulgent en vous rappelant vos jeunes années ?

XD : A vous de lui demander.

 

Q : Il a dit qu’il avait quand même eu du mal à s’imposer...

XD : Ah ba à vous de lui demander. Je pense que s’il dit l’inverse je pourrais lui mettre deux claques (rires). Je pense qu’il a été très bien accueilli, on a été très patients, très accueillants. Mais il a été très doué dès le début ceci dit.

 

Q : Vous ne vous-êtes pas demandé pourquoi on vous le mettait là, s’il aurait sa place ?

XD : Vous savez les a priori ça va si vite là haut mais ça s’est effacé, par contre personne n’en a parlé, on en a pas parlé entre nous.

 

Q : Comme M. Pokora qui vient en septembre, c’est une petite présence pour faire de la pub à la série, ramener un public plus jeune ?

XD : Oui bien sûr je pense que ce n’est pas innocent. Mais Dominique la productrice elle fonctionne pas comme ça, je pense qu’il y a aussi des personnes autour d’elle qui ont dû lui dire « voilà tiens je connais machin tu crois pas que ça serait bien… » Et puis elle leur donne raison. De toutes façons, vous savez si vous ne voulez faire que exactement ce que vous voulez c’est dur sans amener des petits effets de jeux, des appels du pied, je ne sais pas comment on appelle ça, des choses qui peuvent faire que ça fait de la presse. S’il y’a M. Pokora qui vient, ça sera une curiosité d’abord je pense, après c’est à double tranchant, la production lui offre une chance et en même temps c’est pas dit mais ce sont des échanges qui se font comme ça.

 

Q : Et avec tous ses tatouages il fera plutôt le truand que le gendarme ?

XD : Je ne sais pas. A mon avis il est quand même hors de question d’entâcher l’image d’un rebelle (rires). Laissons les rebelles romantiques romantiques (rires). Bon je dis ça mais je ne le connais pas. Mais je l’imagine mal dans un caniveau mourant, agonisant en disant « je suis tellement malheureux d’avoir fait tant de mal à tant de gens ». (Rires). Et Bernier en utilisant sa dernière balle «  ba pas moi ! » Boum (rires).

 

(On nous annonce la dernière question)

XD : Ah ba vous me sauvez, on parlait de mes vieux films c’est dur ! (rires) Vous êtes arrivés 2 minutes trop tard (rires).

 

Ne loupez pas l’interview de demain !

Ajouter un Commentaire

Tout contributeur demeure propriétaire des droits de propriété intellectuelle qui seraient attachés à ses messages. Les propos tenus sur ce forum sont néanmoins publiés sous votre propre responsabilité. A ce titre, vous devez respecter les lois et règlements en vigueur et le droit des personnes. Par exemple, vous ne devez pas diffuser des messages violents, injurieux, diffamatoires, racistes, révisionnistes, faisant l’apologie des crimes de guerre, pédophiles, appelant au meurtre ou incitant au suicide, incitant à la discrimination ou à la haine ou dont le contenu reproduirait intégralement sans autorisation une œuvre protégée par la propriété intellectuelle (ex. articles de presse, message d’un tiers). Sont aussi interdits tous messages et liens portant ou incitant au téléchargement illégal, ainsi que le streaming illégal, notamment en partageant tout média dont le contenu est protégé (vidéos et photos promotionnelles officielles et captures officielles permises). Cependant les liens vers d'autres sites sont permis, à condition d'en préciser déjà l'URL du site général (page d’accueil), avant celui de la page en question. Sont également autorisés les citations ou extraits d'articles ou informations, montages d'extraits ou parties à buts artistiques ou informatifs (avec affichages des sources). Veillez par ailleurs à respecter la courtoisie nécessaire au bon déroulement des débats.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les derniers commentaires Article