En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites.

  1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer
Connexion S'enregistrer   Mot de passe perdu   Pseudo perdu

Connexion

Interview de Gabriel Mann au TV Fest 2013

gabriel mannL'an dernier encore, nous avons eu la chance d'être invités à participer au Festival de la Télévision de Monte Carlo début juin pour interviewer et photographier ceux qui font la télévision et les séries.


On continue la découverte de nos interviews monégasques avec un bel acteur vraiment sympathique, souriant qui nous a parlé avec amour de son prochain film sur Chavez, de son parcours et de son personnage très apprécié des fans de la série.

 

Lors d'une table ronde, nous avons eu l'honneur de rencontrer Gabriel Mann, Nolan Ross dans Revenge, dont la saison 2 devrait bientôt commencer sur TF1, et dont la suite de la saison 3 reprendra le 9 mars 2014 aux Etats-Unis sur ABC. A noter que la série a en effet conclu sa première partie de saison le 19 janvier dernier. Vous avez aussi pu le voir dans Mad Men, l'entendre dans Marvel Avengers: l'équipe des super héros et l'apprécier dans plusieurs films comme La vie de David Gale, La mémoire dans la peau ou La mort dans la peau.

 

Comme d'habitude, les questions viennent donc en partie de notre équipe et en partie des autres journalistes présents lors de la table ronde et les risques de spoilers sont mentionnés.

 

Question : Que pouvez-vous nous dire à propos de Cesar Chavez : An American Hero ?
Gabriel Mann : Oh, Chavez. Ce fut une formidable expérience cinématographique pour moi parce que travailler avec un réalisateur tel que Diego Luna qui a aussi une carrière d'acteur était un cadeau honnêtement. Je veux dire, il fut un des meilleurs réalisateurs avec lequel j'ai eu l'opportunité de travailler et dans l'atmosphère d'un film biographique, c'était incroyable qu'il y ait autant de liberté créative. C'était vraiment tourné comme un film d'auteur où la caméra reste en place et même après qu'on ait fini une scène, la caméra continuait de tourner donc nous avions quelques scènes qui n'ont jamais été écrites, jamais mises sur papier et c'est comme devenu quelque chose d'autre, vous voyez, quelque chose qui n'était pas nécessairement prévu et donc c'était probablement un des films indépendants le plus épique que j'ai jamais fait. C'était une formidable course de 6 ou 7 mois dans le monde entier et pour moi, c'était vraiment une opportunité de travailler avec une incroyable distribution. Vous savez, j'étais un grand fan de John Malkovich durant ma carrière et je joue son fils dans le film. Donc, travailler avec Diego (Luna), Rosario Dawson, Wes Bentley, America Ferrera, Michael Peña, John Malkovich, vous voyez... à la fin de la journée, je ne me souciais même pas si je terminais par être coupé au montage honnêtement, c'est l'expérience en soi qui était incroyable. Et de plus, je pense que c'est super que ce soit la première fois qu'on entende réellement l'histoire de Chavez et je pense que c'est vraiment opportun et important en terme de, vous savez, toutes ces choses qui se passent habituellement aux Etats-Unis avec les Syndicats qui se battent réellement pour les droits des travailleurs. Donc c'est superbe de pouvoir avoir cette discussion avec notre histoire parce que c'est toujours un problème donc je pense que le timing du film est vraiment parfait.

 

Q : En parlant de distribution impressionnante, parlons de la distribution de Revenge !
G.M. : Oh, ces gars ! (ndlr : il montre la photo de Revenge accroché au mur derrière lui) Bien sûr (rires). Ce fut formidable pour moi, ayant toujours été, vous savez, un cinéphile. Avant de devenir un acteur et durant ma carrière aussi, j'ai toujours été un grand fan de Madeleine Stowe (ndlr : Victoria dans Revenge) et d'Henry Czerny (ndlr : Conrad dans Revenge) donc le fait qu'ils soient impliqués dans le projet a fait que dès le début, évidemment, j'ai pensé que nous ferions une série de qualité avant même de savoir ce que ça allait être. Ce qui était intéressant aussi, c'est qu'Hollywood est vraiment une petite ville et le fait qu'on ait une si grande distribution et que je n'avais même jamais croisé le chemin, travaillé avec ou même rencontré aucun des membres de la distribution avant cette série est comme un petit miracle parce qu'à un moment donné, entre les soirées, les auditions, les réunions, vous finissez par rencontrer tout le monde quelque part. Donc, le fait que l'on se rencontre tous avec une ardoise complètement propre, vous voyez, sans idée préconçue sur quiconque ou quelque chose a vraiment permis que cette chose soit vraiment créée en l'état, organiquement, quand on se rencontre tous. Et je pense aussi que sur une distribution de cette taille, le fait que tout le monde travaille si bien arrive vraiment très rarement. Et donc, parfois les gens demandent ce qui, vous savez, crée le succès de la série aussi et je pense que c'est réellement grâce à la qualité des relations que nous avons hors écran et que peut-être cette alchimie se traduit à l'écran. Vous savez, je suis vraiment inspiré en regardant le travail de tous les autres. Vous voyez, vous êtes dedans sept mois par an donc ça devient un peu fatigant de faire tout ce que je veux, comme à certains moment je veux regarder Madeleine (Stowe) faire une scène et je suis excité d'être avec eux et je reviens. Je suis prêt en quelque sorte à faire tout ce que je peux pour faire mon meilleur travail sur la série. Donc, tout le monde inspire continuellement tout le monde.

 

Q : Pouvez-vous imaginer Nolan arriver un jour à un point de rupture quand on en vient à Emily parce qu'elle est vraiment méchante envers lui malgré toutes les choses qu'il fait pour elle ?
G.M. : Parfois, j'ai l'impression que Nolan est comme un masochiste. En tous cas, à certains égards, vous savez plus elle est méchante et plus il devient déterminé. Cela ne le détourne définitivement pas ni le décourage. Sera-t-il proche du point de rupture ? Je ne sais pas. Elle a déjà révélé ses sextapes à un groupe différent de personnes et on ne l'a pas vu se décourager du tout pour leur amitié (rires). Cela me découragerait dans la vraie vie. Vous savez, je pense que son personnage (ndlr : Emily) l'inspire réellement. Je pense qu'à bien des égards, il ressent une sorte d'amour profond pour elle, qu'il se traduise soit par un amour familial ou romantique, cela semble clair pour moi. Mais il y a clairement une véritable intimité là. Y aura-t-il un point de rupture ? Va-t-il un jour lui dire non ? Je ne sais pas. Il pourrait ne pas tuer pour elle mais en même temps, si sa vie est en danger, qui sait ? Peut-être. Je ne pense pas... Quoique c'est Revenge... peut-être (rires).

 

Q : Pouvez-vous nous parler de vos débuts, comment êtes-vous devenu acteur ?
G.M. : Mes parents étaient déjà des personnes académiques, ils étaient professeurs et je n'étais pas tellement académique, j'étais surtout créatif. Donc pour moi, ma rébellion en grandissant était de ne pas être académique je suppose. Et je me rappelle avoir toujours eu une passion pour jouer dans des pièces de théâtre à l'école et pour le sentiment que vous avez quand vous êtes sur scène. Et j'étais un enfant solitaire pendant la plupart de mon enfance et donc je vivais dans une sorte d'imaginaire et je faisais semblant tout le temps. Et je me souviens que très tôt, ma genèse, en quelque sorte mon penchant, était quelque part lié aux deux premiers films que je me souviens avoir vu, soit Star Wars et La maîtresse du lieutenant français (The French Lieutenant's Woman) (rires). Donc c'était quelque part entre ces deux univers. Et c'est comme ça que j'ai développé mon intérêt. J'imagine que c'était probablement au moment de penser à aller à l'université et j'avais vraiment des mauvais résultats (rires). Vous savez, je pouvais rester et travailler au supermarché de ma ville natale et j'avais pris des cours de comédie en terminale au lycée et j'avais un superbe professeur qui recommandait une école de comédie à New York. Et j'étais un peu jeune à l'époque mais j'imagine que j'étais assez étrange pour me dire que peut-être je pouvais faire quelque chose avec ça. Donc j'ai emménagé à New York et je suis allé à l'école de comédie et c'était le début.

 

Spoiler Revenge saison 2

 

Q : La saison dernière, Nolan tombe amoureux de Padma et cela finit assez mal. Comment vous-êtes vous préparé pour interpréter ce Nolan qui s'effondre totalement ?
G.M. : Je ne sais pas. En tant qu'acteur, j'aime les scripts de cette série (rires). Je pense qu'à un moment donné, en tant qu'artiste, en tant que personne créative, vous exprimez vos propres blessures, vous voyez d'une certaine façon, donc vous pensez à certaines choses et vous laissez libre cours à votre imagination. De plus, en tant que distribution, nous devenons très proches donc cette idée que je n'allais peut-être plus pouvoir travailler avec Dilshad (ndlr : Vadsaria : Padma dans Revenge) amène un peu de réalité dans tout ça et il y a aussi tout l'imaginaire donc la réunion de ces deux choses est ce qui m'a brisé assez pour parvenir à jouer cette scène. Et c'est aussi la confiance que vous développez avec la distribution avec laquelle vous travaillez. Je fais confiance à Emily Van Camp donc quand je regarde dans ses yeux, je sais que je peux tout faire et tout dire et qu'elle y sera réceptive, elle me soutient et je la soutiens. Et aussi, j'utilise beaucoup de musique pour me préparer, le genre de chansons à vous briser le cœur, quelque chose comme ça. Qu'est-ce que j'écoutais ce jour là ?... Je pense que c'était une chanson de Snow Patrol, Chasing Cars peut être (rires).

 

Q : Dans la vie réelle, vous êtes du genre à vouloir vous venger ou à pardonner ?
G.M. : Je deviens plus vieux donc je réalise que tout est une question de pardon. Je pense que la vengeance se retourne contre vous au final. Je pense que la série le présente vraiment clairement. Je ne sais pas comment la série finira mais quand on s'embarque dans un parcours de vengeance, il faut juste se rappeler de prendre deux tombes. Donc je me rappelle ça constamment dans ma vie et je préfère prendre soin des choses... Donc, vous voyez, si vous êtes obsédé par la vengeance, regardez la série, nous la ferons pour vous afin que vous n'ayez pas à tenter vous-mêmes (rires).

 

Ajouter un Commentaire

Tout contributeur demeure propriétaire des droits de propriété intellectuelle qui seraient attachés à ses messages. Les propos tenus sur ce forum sont néanmoins publiés sous votre propre responsabilité. A ce titre, vous devez respecter les lois et règlements en vigueur et le droit des personnes. Par exemple, vous ne devez pas diffuser des messages violents, injurieux, diffamatoires, racistes, révisionnistes, faisant l’apologie des crimes de guerre, pédophiles, appelant au meurtre ou incitant au suicide, incitant à la discrimination ou à la haine ou dont le contenu reproduirait intégralement sans autorisation une œuvre protégée par la propriété intellectuelle (ex. articles de presse, message d’un tiers). Sont aussi interdits tous messages et liens portant ou incitant au téléchargement illégal, ainsi que le streaming illégal, notamment en partageant tout média dont le contenu est protégé (vidéos et photos promotionnelles officielles et captures officielles permises). Cependant les liens vers d'autres sites sont permis, à condition d'en préciser déjà l'URL du site général (page d’accueil), avant celui de la page en question. Sont également autorisés les citations ou extraits d'articles ou informations, montages d'extraits ou parties à buts artistiques ou informatifs (avec affichages des sources). Veillez par ailleurs à respecter la courtoisie nécessaire au bon déroulement des débats.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les derniers commentaires Article